Langoustes de Saint-Paul

La pêcherie à la langouste intervient dans la Réserve Naturelle des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) aux abords des îles subtropicales Saint Paul et Amsterdam (2880 Km de l’île de la Réunion), situées dans le Sud de l’océan Indien (zone statistique OAA 51) à mi-distance entre l’Afrique australe et l’Australie méridionale. Ces anciens volcans émergés de la dorsale médio-océanique possèdent des plateaux péri-insulaires limités peuplés par une biodiversité importante dont certaines espèces d’intérêts commerciales. La langouste australe (Jasus paulensis) constitue l’espèce cible d’une pêcherie au casier qui se pratiquent à l’aide d’annexes, de type doris ou caseyeur en fonction de la zone de pêche ciblée. Les doris qui sont de petites unités posent des casiers individuels en zone côtière (dans les champs d'algues brunes géantes Macrocystis pyrifera), tandis qu’en zone plus profonde des vedettes, plus lourdes et de type caseyeur, posent des filières de casiers. Le navire mère, quant à lui, utilise parfois aussi des filières de casiers (uniquement au large de l'île Saint-Paul). La pratique au casier est sélective, mais produit des captures accessoires de pieuvre (Octopus vulgaris).

Biométrie langouste

La préfecture des TAAF publie annuellement un décret indiquant zones de pêches, type et quotas de prise (TAC) dans les eaux territoriales et la zone économique exclusive des îles Saint-Paul et Amsterdam. La réglementation actuelle autorise un seul navire de pêche à être présent sur la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Saint Paul-Amsterdam et la présence d’un contrôleur de pêche embarqué est obligatoire.

Les données collectées par le contrôleur des pêches alimentent le suivi scientifique de la pêcherie par le MNHN. L’ensemble des données de capture, d’effort et de biométrie est intégrée à la base « Pecheker » (Martin & Pruvost 2007) et sert à élaborer un avis scientifique sur lequel s’appuie la préfecture des TAAF. L’avis scientifique sur les quotas de pêche est élaboré sur la base d’indicateurs empiriques de capture par unité d’effort (CPUE) et de fréquences de taille permettant de suivre les tendances des stocks. Une campagne de marquage-recapture a été également lancée en 2016 permettant d’établir un indice d’abondance indépendant des données commerciales et d’améliorer notre connaissance sur la croissance et la dynamique spatiale de la langouste.

Cette pêcherie se reporte ponctuellement sur quatre espèces démersales ciblées par différents engins de pêche.Le cabot (Polyprion oxygeneios), le saint-paul (Latris lineata) et le rouffe antarctique (Hyperoglyphe antarctica) sont exploités à la ligne à main et à la palangre verticale tandis que le bleu (Nemadactylus monodactylus) est exploité au carrelet en zone côtière par tous les bateaux (navire-mère, doris et caseyeurs) mais seulement au mouillage du navire-mère pour le carrelet. Cette pêcherie est également soumise à un quotas (excepté pour le bleu) et une gestion de l’effort de pêche déterminé par la préfecture des TAAF sur la base d’un avis scientifique établit par le MNHN sur la base d’indicateur de CPUE. Un certain nombre d’espèce sont capturés en prise accessoire de la pêche à la palangre et à la ligne à main dont principalement la sériole (Seriola lalandii) ou le Moro (Mora moro).

Des modèles d’évaluation de stock sont actuellement en cours de développement par le MNHN pour améliorer la détermination  des limites de capture (TAC) pour les stocks de langoustes et de poissons démersaux. Cette démarche s’accompagne de l’engagement de la pêcherie dans un processus de certification pêche durable du Marine Stewardship Council (MSC).

Références

Martin A. & Pruvost P. (2007). Pecheker, relational database for analysis and management of fisheries and related biological data from the French Southern Ocean fisheries monitoring scientific programs, Muséum National d’Histoire Naturelle. (Rapport non publié).

Pruvost, P., Duhamel, G., Manach, F. L., & Palomares, M. L. (2015). La pêche aux îles Saint-Paul et Amsterdam. In : Palomares, M. L. D & Pauly, D. (eds) Marine Fisheries Catches of Sub-Antarctic Islands, 1950-2010, p. 37-40. Fisheries Centre Research Reports 23(1). Fisheries Centre, University of British Columbia, Vancouver, BC.

Site halieutique MNHN

  • Iles Saint-Paul et Amsterdam
  • Navire océanographique
  • Canot
  • Iles Saint-Paul et Amsterdam
  • Caseyeur