Conserver des collections de référence

Au cours des campagnes de pêche australes françaises dans le secteur indien de l’océan Austral et dans le sud de l’océan Indien (tant en ZEE de Kerguelen, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam qu’en zone internationale CCAMLR et APSOI) il est demandé aux observateurs de pêche embarqués (nommés COPEC, acronyme de Contrôleur de PEChe) de collecter les espèces marines qu’ils sont incapables de déterminer (poissons, crustacés, mollusques et toute autre forme de benthos marin, fossiles) à partir des guides qui leur sont confiés afin qu’une identification soit réalisée par des spécialistes compétents et que des échantillons de références soient déposés dans les collections du Muséum (MNHN). Ce travail est réalisé en continu depuis les années 1980 et complète utilement les collections effectuées lors des campagnes océanographiques, soit historiques (« Challenger »,  « Novara »…) soit plus récentes (« Marion-Dufresne », « La Curieuse »,) ainsi que lors des campagnes halieutiques spécifiques (« Sapmer » à Saint-Paul/Amsterdam, « POKER » à Kerguerlen…).

Les campagnes de pêche au chalut apportèrent ainsi nombre de signalisations nouvelles (grands requins en particulier) mais c’est l’extension de la pêche en zone profonde avec les palangriers et les essais aux casiers profonds qui contribue actuellement le plus à la connaissance de la répartition d’espèces profondes (grenadiers, raies mais aussi échinodermes crinoïdes, coraux d’eaux froides…) et à la description d’espèces nouvelles (crabes, requins lanternes…). Les spécimens sont généralement congelés entiers pour être ensuite transmis aux laboratoires et généralement un morceau de tissu est prélevé pour le barcoding. Parfois (cas des poissons pour leurs otolithes) seul une partie du spécimen est conservée. Une originalité issue des campagnes de pêche aura été la description récente de cétacés fossiles (voir Lambert et al., 2017) dont de nombreux crânes ont été remontés crochés par des hameçons de palangriers sur des fonds de plus de 1000 m.

Les collections enregistrées sont consultables sur les bases de données collection du Muséum MNHN (en particulier GICIM pour les poissons, INVMAR pour les invertébrés marins) en interrogeant par exemple sur le nom du navire de pêche (exemple « Austral ») ou sur le lieu géographique désiré (Kerguelen….). Elles sont accessibles, pour consultation ou prêt, aux chercheurs des instituts et Musées (via demande COLHELPER). Elles permettent aussi des échanges entre musées. L’utilisation des collections conduit à l’élaboration de guides faunistiques consultables par tout public (voir Duhamel et al., 2005 pour les poissons de Kerguelen et Crozet) où l’on retrouve tous les numéros de collection des spécimens enregistrés dans les collections (nationales et internationales)