Observation vidéo

  • Déploiement de cameras benthiques à Kerguelen lors de la campagne Poker 4 (2017)
  • Calmars filmés en antarctique à 1800 mètres de fond grâce à une caméra déployée sur une palangre (2018)
  • Caractérisation et cartographie des substrats de Kerguelen grâce l’observation vidéo des fonds durant la campagne Poker 4 (2017)

Notre équipe développe un projet d’observation vidéo des fonds marins. Ce projet repose sur le déploiement de caméras benthiques fixées sur les engins de pêche. Les caméras peuvent être fixées sur un chalut lors de campagnes scientifiques ou sur une palangre depuis un navire de pêche commerciale. Cette technique permet de collecter des images à des profondeurs importantes.

Les objectifs du projet sont multiples. L’observation vidéo des fonds marins permet notamment de compléter les données de captures accessoires de benthos, en lien avec les enjeux d’étude et de conservation des Ecosystèmes Marins Vulnérables. Les observations in situ des organismes pourront ainsi permettre d’établir des indices de pondération pour affiner l’exploitation statistique des données de captures accessoires. Surtout, l’imagerie sous-marine permet une visualisation de la nature des fonds. Ces observations sur les substrats sont déterminantes pour les analyses et les travaux de modélisation sur la structuration et la cartographie des écosystèmes benthiques. Par ailleurs, les caméras déployées sur les engins de pêche permettent de mieux comprendre leur fonctionnement et de mieux mesurer leur impact sur le milieu.

Dans sa première phase, ce projet a permis d’expérimenter une technologie de caméras développée par l’Antarctic Australian Division. Lors de la campagne scientifique d’évaluation halieutique Poker 4, le déploiement de caméras benthiques a permis d’obtenir les toutes premières images des eaux profondes de la Zone Economique Exclusive de Kerguelen. Au fil de 51 stations d’échantillonnage réparties dans toute la zone, cette expérimentation s’est traduite par la récolte de plus de 22 heures de vidéos, de 100 mètres à près de 1000 mètres de profondeur. L’analyse en cours de ces données permettra prochainement de cartographier les substrats des zones de pêche.

contact : Alexis Martin alexis.martin@mnhn.fr